Rechercher
  • Conseiller

Le père Noël est un campeur


Vous connaissez la poutine, cette increvable tradition culinaire québécoise? Sachez que personne ne s’entend sur ses origines!     


Il en va de même pour le Noël du campeur, parenthèse festive, particulièrement dans les campings du Québec, où défilés, décorations, et rassemblements se multiplient, organisés avec la même frénésie qu’en décembre. Mais contrairement au Mexique ou à la Floride, Noël et le Jour de l’An à la sauce québécoise sont habituellement synonymes de neige et de froid : tout un contraste avec les réveillons autour d’une piscine en dévorant une bûche de Noël ou en s’échangeant des cadeaux.     


Mais qui a eu cette idée folle? Elle remonterait aux années 1960 alors que le tout premier Noël du campeur aurait eu lieu au camping du Domaine Rouville, en Montérégie. Cette vaste région, située au sud de l’île de Montréal, moins populeuse et moins urbanisée qu’aujourd’hui, serait donc le lieu de naissance de cette tradition se déroulant autour du 25 juillet.

Au fil du temps, le phénomène a pris de l’ampleur. Longtemps considérée comme une province sous l’égide de l’Église catholique, la société québécoise a pris un important virage laïc, accélérant du même coup la transition entre Noël fête religieuse et Noël temps de réjouissances, de retrouvailles, et de consommation effrénée!   


Autre phénomène : les « vacances de la construction », instaurées en 1971 par le gouvernement du Québec, uniformisant les conditions de travail et les dates de vacances de cet important secteur économique. Pendant deux semaines au cours du mois de juillet, pratiquement tous les travailleurs des chantiers résidentiels, commerciaux et institutionnels prennent congé (près de 190,000 salariés), sans compter les fournisseurs et sous-traitants. Car l’industrie de la construction génère environ 249,000 emplois indirects.


Ce sont donc des milliers de personnes qui prennent la route des vacances, dont plusieurs vers les parcs, bases de plein air, colonies de vacances, et bien sûr les campings. Véritables villages bourdonnants d’activités, ils deviennent à cette période de bruyants lieux de rassemblements (certains campings ont défrayé les manchettes pour cause de débordements parfois violents). Et ce Noël estival constitue une manne pour les commerçants locaux: ils se font une joie de remettre sur leurs étalages sapins de Noël artificiels, guirlandes, et costumes de lutins.     

Et si vous cherchez un prétexte pour revoir Le Père Noël est une ordure, ou Love Actually (V.F. : Réellement l’amour), notez bien la date du 25 juillet : ça pourrait être votre manière de célébrer le Noël du campeur.       


0 vue

Des questions? Contactez-nous à 
info@quebecentournee.com

  • Québec en tournée sur FaceboFacebook
  • Québec en tournée sur LinkedIn