Rechercher
  • Conseiller

Immigrer au Québec : comment s’y retrouver, et arriver à bon port

Mis à jour : mars 8

Par Québec en tournée


« Certaines personnes partent de l’étranger pour venir au Québec avec un permis de travail temporaire et se disent : “Je verrai bien après.” » Selon Rosalie Brunel, avocate au cabinet Brunel Immigration, cette témérité n’est pas le meilleur gage d’une immigration réussie.


En fait, immigrer au Québec nécessite une préparation minutieuse, beaucoup de rigueur- particulièrement dans l’élaboration de votre demande —, et un suivi serré de l’évolution des politiques en vigueur. Car elles changent souvent, vite, et même les spécialistes ont parfois du mal à suivre les modifications!


Le Québec, province canadienne La complexité de l’immigration vient aussi du fait que le Canada est une fédération composée de dix provinces, dont le Québec, et de trois territoires : les responsabilités sont partagées, et pas nécessairement de la même manière, d’une juridiction à l’autre. Au Québec, sauf exception, vous aurez d'abord à obtenir l'aval du provincial avant de pouvoir déposer votre dossier pour l'obtention du statut fédéral. Selon le type de demande les intervenants peuvent varier : - Ministère de l’Immigration, de la Francisation, et de l’Intégration (MIFI) - Services Canada, pour RHDCC (ressources humaines et développement des compétences Canada) - Immigration,Réfugiés et Citoyenneté Canada - Agence des services frontaliers du Canada En temps normal, toutes ces organisations reçoivent un nombre considérable de demandes, parfois en format papier, ce qui occasionne de longs délais. En période de pandémie, elles fonctionnent forcément au ralenti. Malgré une certaine flexibilité des autorités en période de pandémie, une pièce manquante à votre dossier ou un formulaire mal complété peut vous ramener à la case zéro et anéantir tous vos efforts. La vigilance est essentielle face à l’actualité politique. Les changements de gouvernements et les nominations de ministres à de nouveaux postes constituent des éléments importants dans le fonctionnement des programmes d’immigration. Chaque remaniement emmène des changements qui peuvent avoir des répercussions sur vos démarches. Au cours de la dernière année au Québec, les transformations furent nombreuses et profondes, et ont bousculé les plans de bien des personnes motivées à s’installer au Québec. Des programmes québécois en immigration:

Arrima (plateforme d'accès au Programme régulier des travailleurs qualifiés) Ce programme est maintenant régi par un processus d’invitation. Afin de pouvoir espérer une qualification dans ce programme, il faut généralement obtenir un pointage minimum à la grille de sélection selon un certain nombre de critères (âge, langue maternelle, formation, années d’expériences professionnelles, etc.). Cependant, un résultat encourageant à la grille de sélection ne signifie pas que vous recevrez une invitation. En effet, jusqu’à présent les invitations ont été très peu nombreuses sur la plateforme Arrima. Mis à part quelques exceptions, seuls les candidats détenant une Offre d’Emploi Validée d’un employeur québécois, ont reçu une invitation sous ce programme. Les choses pourraient bien changer dans la prochaine année, mais pour le moment les candidats ne détenant pas d’Offre d’Emploi Validée d’un employeur québécois ne peuvent pas miser sur ce système pour amorcer une immigration prochainement.

Programme de l’expérience québécoise (PEQ) : Autrefois très (trop) populaire, ce programme a été remanié définitivement cet été, suite à une réforme controversée qui avait avortée à l’automne 2019. Il est toujours accessible aux personnes diplômées au Québec, de même qu’aux travailleurs temporaires, mais les critères ont été resserrés. Pour le volet des travailleurs, l’expérience de travail exigée est plus longue et les postes de plus bas niveau en seront exclus. En ce qui a trait aux diplômés, ils doivent maintenant démontrer qu’ils ont acquis de l’expérience de travail au Québec suite à l’obtention de leur diplôme. Immigrer, un projet de longue haleine, et une course à obstacles Malgré la pandémie, les frontières ne sont pas complètement fermées : on observe de la souplesse pour les travailleurs, les couples non mariés, les gens en situation humanitaire, les visites familiales, et les étudiants étrangers (du moins certains). Comme les règles et les procédures évoluent constamment, c'est important de bien s'informer auprès d’un professionnel de l’immigration, ou d’un avocat; vous pouvez vous assurer de leur légitimité en vérifiant auprès du Barreau du Québec ou du Conseil de réglementation des consultants en immigration du Canada. Une simple consultation auprès du cabinet Brunel Immigration pourra vous aider à comprendre les démarches, choisir le bon programme selon VOTRE situation et être conseillé dans vos démarches. Ce petit investissement ne sera jamais aussi coûteux que d’être forcé par un douanier de retourner à votre point de départ, ou encore d'avoir à retarder votre arrivée et de racheter des billets d'avion car la compagnie aérienne ne vous laisse pas monter à bord, vos papiers n'étant pas en règle. Une immigration réussie, ça se prépare d’abord à l’étranger… pour mieux atterrir à l’endroit dont vous rêvez depuis longtemps.

135 vues0 commentaire

Contactez-nous:
info@quebecentournee.com

Québec  en tournée reste disponible toute l'année pour répondre à vos questions

  • Québec en tournée sur FaceboFacebook
  • Québec en tournée sur LinkedIn